Articles de presse

Magasine Beaux Quartiers (Hiver 2015)

Le Comptoir Libanais : Définitivement savoureux.
Comptoir en zinc capitonné, mobilier signé par des artisans et cuisine de sultan : que demander de plus ?

L'adresse appartient à ceux qui réservent tôt ! En cinq ans seulement, cette table raffinée, installé à Echirolles, à proximité du cinéma, est devenue l'un des meilleurs restaurant libanais de la région grenobloise.
On aime tout : son cadre, baroque, élégant, totalement renouvelé il y a deux anx, et sa cuisine gorgée de soleil, bien sur. Le gout avant tout ! L'espace, Hani Haddad, son propriétaire, restaurateur depuis 25 ans,féru de cuisine et d'histoire (vous saurez tout sur les mezzés et les vignobles du Liban !) lui à donné une touche d'élégance et un confort immense, qui sied à merveille à la clientèle, laquelle fond littéralement pour les mets de cet excellent Comptoir Libanais.
On vient ici, déguster ce qui mériterait de figurer au patrimoine mondial de la gastronomie : les saveurs libanaises, qu'Hani Haddad partage généreusement. On ne part pas sans avoir gouté à la fattouche (salade libanaise), au houmous maison, au chichtaouk, des brochettes de poulet mariné au citron et à l'ail (inoubliables), et naturellement aux fameux mezzés (jusqu'à 20 proposés), surprenants par leur fraicheur et leur équilibre. Les dames le savent...
On revient les papilles en alerte, pour les petits sambousseks, garnis d'épinards ou de fromage, l'étonnante moulahabié (à la fleur d'oranger et pistache) et, évidemment, pour la gentillesse du patron.


Revue de presse Beau Quartiers


Les Affiches de Grenoble et du Dauphiné (12/06/2015)

Un cadre accueillant et moderne, un service personnalisé et à l'écoute, Le Comptoir Libanais est un endroit bien agréable axé autour d'une cuisine libanaise aux fragrances colorées. De nombreux restaurants et fast-foods se sont regroupés dernièrement aux alentours du Pathé Echirolles. Le Comptoir Libanais est sans contexte l'un des plus intéressants. Créé en 2010 par Hani HADDAD, il attire régulièrement une clientèle d e fidèles. Le blanc règne ici en couleur maîtresse un grand bar comptoir trône au milieu d'une salle claire et aérée, qu'il contribue à scinder en plusieurs espaces.

C'est le menu à 29 euros qui servira de fils conducteur à notre voyage au cœur de la gastronomie libanaise. Il débute par une assiette de différents mezzés, hommos, moussaka, taboulé et falafel. Le tout accompagné du fameux pain libanais. Un e entrée assez copieuse et une bonne manière d'appréhender la cuisine du Liban, surtout que le hommos, nature ou fumé, est absolument excellent. Autres choix d'entrées à la carte, du foie de volaille (8 euros), du samboussek (7 euros), du kebbeh (9 euros), du batata hara (7 euros). L'assiette de la mer (22 euros à la carte) confirme cette bonne impression, mêlant des filets de rouget d'une belle fraicheur à des crevettes bien grillées, accompagnées d'une sauce au fromage blanc, le tout complété par du riz de bonne facture et une sauce aux épices douces et aux tomates.

Bien entendu, l'idéal pour découvrir le maximum de spécialités est encore de les partager à plusieurs. Le kafka grillé, le chawarma (18 euros), le makloubeh (17 euros) n'auront plus de secrets pour vous. Si vous êtes quatre, optez pour les mezzés qui comportent douze plats différents pour 78 euros. Niveau dessert, la encore tentez d'en déguster plusieurs comme le propose l'assortiment de pâtisseries libanaises à 7 euros. A moins que vous ne préfériez la salade de fruits frais ou le katayef à la crème de lait à 6,50 euros.

Sachez que si la cuisine libanaise a (justement) fort bonne réputation, le pays est aussi connu pour la qualité de ses vins. Ainsi optez plutôt, sur la carte, pour des flacons comme le Breteche de Kefraya à 25 euros, le Clos Saint-Thomas à 25 euros, le Château Saint-Thomas à 45 euros, les Enires à 29 euros et si vous tenez absolument à rester dans le Rhône, la carte propose un saint-joseph à 29,50 euros. Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter "sahtèn", bon appétit en libanais.

Revue de presse 1 Revue de presse 2